0

Qu’adviendra-t-il des appareils portatifs?


Les appareils portatifs sont-ils une tendance ou une simple lubie? Peuvent-ils vraiment contribuer à une meilleure santé? Comment le système de santé devrait-il tirer profit des données qui y sont enregistrées, le cas échéant?

Ce sont les questions que je me suis posées lorsque j’ai essayé Fitbit après m’être inscrit à une compétition de l’équipe TELUS. Comme d’autres appareils portatifs, Fitbit permet de suivre vos objectifs de santé et de mieux-être et de mesurer les calories brûlées, les heures de sommeil et ainsi de suite. Je ne suis pas un grand athlète, mais je cours ou je joue au hockey habituellement trois fois par semaine environ. Comme je ne voulais pas laisser tomber mon équipe, j’ai utilisé mes données Fitbit pour suivre et augmenter mon niveau d’activité en empruntant l’escalier plus souvent au travail, en faisant de l’exercice lorsque je travaille de la maison et en augmentant les distances parcourues à la course. Malheureusement, une fois la compétition terminée, j’ai cessé de l’utiliser et mon niveau d’activité a commencé à baisser.

J’ai tendance à blâmer la pile de mon Fitbit, mais elle contient une pile rechargeable et en plus, je ne suis pas le seul. Selon une étude, environ la moitié seulement des gens continuent d’utiliser leur appareil après un an. Ces appareils sont relégués aux oubliettes, comme les cartes de membre de clubs de santé qui passent plus de temps dans le tiroir qu’ailleurs. blog-wearables

Néanmoins, le marché des appareils portatifs est en plein essor. On s’attend à ce que le marché consommateur canadien des appareils portatifs augmente de 62 % au cours des cinq prochaines années. Les nouveaux produits offerts sont dotés de capteurs avancés qui mesurent la mécanique corporelle, la température et la fréquence cardiaque. La plupart des gens prévoit que le iOS 8 récemment annoncé par Apple, qui comprend des API HealthKit permettant aux applications de santé et de mise en forme de communiquer entre elles, « révolutionnera » la relation entre le secteur de la santé et la population.

Si les appareils portatifs sont là pour de bon, peuvent-ils améliorer notre santé? Je dirais « oui » avec réserve. On a calculé que l’inactivité coûte aux Canadiens 6,8 milliards de dollars par année, soit 3,7 % de tous les coûts liés aux soins de santé. L’adoption des appareils portatifs est clairement avantageuse, mais seulement si nous les utilisons.

Les médecins devraient-ils se servir des données recueillies par ces appareils? Dans la pratique, un médecin en soins primaires vous demandera probablement seulement si vous possédez un de ces appareils et si vous l’utilisez. Lorsque ces appareils évolueront et qu’ils pourront mesurer les signes vitaux et intégrer les données de dispositifs médicaux, l’intérêt clinique sera plus susceptible d’augmenter, en particulier pour les patients qui se remettent d’un incident grave, comme une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. Même si le marché évolue rapidement, les appareils offerts actuellement sont jusqu’ici formidables pour favoriser votre mieux‑être et partager vos résultats avec les membres de votre famille, vos compagnons de course, votre entraîneur personnel ou votre coach de vie.

Nick Zamora est conseiller clinique en chef aux Services de transformation de la santé TELUS.