0

DME et coordination des soins transforment les services à la clinique Taber


Ce que j’apprécie particulièrement dans mon travail, c’est d’observer la façon dont nos clients utilisent les solutions de TELUS Santé pour améliorer leur pratique et la santé de leurs patients. J’ai récemment discuté avec M. Mike Brand, le directeur de la clinique Taber, en Alberta, et j’ai été fasciné par les transformations que son équipe réalise avec leur système de dossiers médicaux électroniques (DME). Cette histoire illustre à mon avis tout le potentiel qu’offrent les DME dans le système de soins de santé canadien.

19_2Taber est une collectivité rurale située à environ deux heures au sud de Calgary et une heure au nord de la frontière du Montana. Comme elle se trouve à plus de 30 minutes d’un grand centre urbain (Lethbridge), la clinique tire son financement du gouvernement albertain non pas selon une formule de rémunération à l’acte, comme c’est le cas habituellement, mais plutôt selon un système de capitation, c’est-à-dire qu’elle reçoit un montant forfaitaire calculé d’après le nombre d’habitants dans la communauté.

La clinique a vu dans cette formule de financement l’occasion d’améliorer l’efficacité de ses services. Sa vision : fournir à ses 20 000 patients des soins fondés sur des données probantes. Aujourd’hui, la clinique est un modèle de coordination des soins qui intègre la technologie des DME pour améliorer de façon remarquable l’efficacité clinique et la qualité des soins aux patients.

La clinique Taber foisonne d’activité. Ses 13 médecins traitent plus de 16 000 patients. Dans ce modèle de coordination des soins, le médecin agit comme le chef d’une équipe et les patients interagissent avec plusieurs de ses membres, selon leurs besoins. Par exemple, l’assistant de bureau de chaque médecin amorce la création du dossier électronique et consigne la tension artérielle, la taille et le poids du patient. De plus, contrairement à ce qui se passe ailleurs, c’est sur lui que repose le triage quotidien des patients. Le personnel de la clinique comprend également des infirmières et infirmiers autorisés, praticiens, auxiliaires et psychiatres, de même qu’un psychologue, un diététicien et des conseillers en santé.

19_1Depuis la mise en œuvre du système de Wolf DME en 2007 (désormais partie intégrante de la gamme de solutions de DME de TELUS Santé), la prise de rendez-vous qui pouvait prendre jusqu’à 30 jours est passée à une moyenne de trois jours. L’an dernier, la clinique a aussi pu réduire le nombre de visites aux urgences à seulement 4 900 au lieu des 6 000 prévues.

Son secret? M. Brand attribue en grande partie ces résultats aux efforts déployés par le personnel de la clinique, aux modifications apportées aux systèmes ainsi qu’à l’efficacité de son DME, capable de fournir à la demande les données et les statistiques nécessaires.

19_3J’ajouterais un autre facteur clé du succès de la clinique : tout en déployant son système de DME, elle a revu de façon proactive ses méthodes de travail et renforcé une culture déjà profondément axée sur le travail d’équipe. En fait, ce que M. Brand souligne ici correspond à ce que j’ai entendu à plusieurs reprises de nos clients : la réussite commence par le leadership, c’est-à-dire que les médecins doivent absolument s’investir et responsabiliser leur personnel.

Comment faire? Voici l’approche en quatre étapes qu’utilise la clinique Taber :

Première étape : la collecte de données. La clinique a uniformisé la façon dont elle recueille les données au point d’intervention. Les diagnostics sont codifiés de manière uniforme et les résultats d’examen classés correctement. Chaque membre de l’équipe comprend le rôle important que joue la collecte de données dans les soins prodigués aux patients.

Deuxième étape : l’analyse des données. La clinique a transposé ses lignes directrices en matière de soins de santé, sous la forme de recherches dans les bases de données qui permettent de caractériser les groupes de patients et d’établir des objectifs de santé. Au point d’intervention, le personnel peut immédiatement connaître les examens dont le patient a besoin.

Troisième étape : les mesures à prendre. La clinique convertit l’information produite en alertes dans le système de DME. Les règles établies à l’étape deux génèrent automatiquement des alertes qui s’affichent au dossier électronique du patient. Tous les intervenants, de l’assistant de bureau au médecin lui-même, sont tenus de traiter les alertes signalées dans le dossier du patient selon leur domaine de compétences.

Les règles font maintenant partie de la culture de la clinique Taber. Le personnel de M. Brand sait qu’au moment où une alerte s’affiche, il doit la traiter en fonction de son domaine de compétences.

Dans certains cas, les alertes ont sauvé des vies. Au sein d’une population agricole comme celle de Taber, la clinique traite beaucoup de lésions de surface. Un jour, une patiente, qui avait subi une lacération importante de la tête après une chute de cheval, s’est présentée à la clinique pour faire changer son pansement. Une alerte à son dossier indiquait qu’il était temps pour elle de passer un électrocardiogramme. L’examen a montré que 90 % de ses artères étaient bloquées. Le lendemain, on l’hospitalisait et une endoprothèse coronaire nécessaire à sa survie lui était implantée. Voilà un exemple parmi bien d’autres de l’utilité des alertes.

Étape finale : l’évaluation des progrès. Les données sont enregistrées de façon systématique, les alertes sont traitées au point d’intervention et les règles amorcent un processus de suivi approprié. Le système de DME de la clinique peut prendre des échantillons de données et produire des graphiques de séquences. Ces graphiques montrent l’amélioration apportée à la qualité des soins et à l’application des lignes directrices de la clinique en matière de santé.

La direction de la clinique utilise principalement les graphiques de séquences pour évaluer le rendement du personnel et recommander des changements ou de meilleures pratiques. Le personnel les utilise également. À l’origine, les résultats globaux de la clinique Taber étaient communiqués à l’ensemble du personnel, et les résultats individuels ne l’étaient qu’à l’équipe concernée. Les équipes ont vite commencé à partager leurs résultats pour pouvoir se comparer entre elles. Cette compétition amicale a joué un rôle moteur au sein de la clinique et permis au personnel d’améliorer sans relâche son efficacité et la qualité des services offerts à la population.

La clinique Taber est ainsi devenue un excellent exemple de la façon dont les systèmes de DME au Canada peuvent influer positivement sur la vie des gens.

Pour en savoir plus sur la clinique Taber, cliquez ici (anglais) : http://www.chinookprimarycarenetwork.ab.ca/clinics/clinic.php?view=19

Ron Sparks est responsable des ventes à TELUS Solutions en clinique.