0

Offrir aux enfants une nouvelle vision de la vie


Les gens me demandent souvent pourquoi mon maillot des Giants de Vancouver porte le numéro 18. Non, ce n’est ni la date de mon anniversaire ni le numéro de mon hockeyeur favori. Le « 18 » signifie pour moi beaucoup plus!

C’est en effet le 18 janvier 2002 qu’on a diagnostiqué chez moi un diabète de type 1. J’avais alors six ans, presque sept, et c’était la première année où je jouais au hockey. Pendant quelques mois, j’ai dû cesser d’y jouer pour apprendre à gérer mon diabète et pour m’habituer à vérifier régulièrement ma glycémie ainsi qu’à recevoir chaque jour mes doses d’insuline.

Je me suis assez vite rendu compte que le fait d’être atteint de diabète n’allait pas me forcer à me ménager. Il m’obligerait simplement à faire un peu plus d’efforts et un peu plus attention à mon mode de vie qu’une personne ordinaire.

L’été qui a suivi mon diagnostic, mon médecin a suggéré que je passe un moment au camp Kakhamela de l’Association canadienne du diabète, situé à Gibson, en Colombie‑Britannique. Je l’ai fait. Ça m’a beaucoup aidé à apprendre à vivre avec le diabète et à m’administrer moi‑même mes doses d’insuline.

Loin d’être constamment centrée sur mon diabète, ma vie au camp m’a permis de côtoyer des enfants aux prises avec les mêmes problèmes que moi. Elle m’a permis d’oublier toutes mes visites chez le médecin et le temps passé à la maison à apprendre à gérer mon diabète. J’ai passé une semaine formidable au camp, à faire du sport, des activités artistiques, de l’artisanat… À simplement redevenir un enfant.

S’il n’en tenait qu’à moi, tous les enfants atteints de diabète auraient la chance de séjourner dans un camp comme le camp Kakhamela. Je suis certain que ça changerait leur vie comme ça a changé la mienne.

Et c’est ici que TELUS entre en jeu.

Le printemps dernier, j’ai entendu parler d’un concours proposé par TELUS, qui compte parmi les soutiens financiers de mon équipe, les Giants. Dans le cadre de ce concours, les Canadiens étaient invités à publier sur donnonsounousvivons.ca des photos et témoignages montrant ou expliquant ce qu’ils font pour redonner à leur collectivité. Au terme du concours, TELUS s’engageait à faire un don de 10 000 $ à 10 organismes de bienfaisance, respectivement sélectionnés par chacun des 10 gagnants.

Ce concours a vraiment attiré mon attention. En tant que joueur des Giants. j’ai la chance de bénéficier d’une vraie visibilité, les gens savent qui je suis. Peu importe mon diabète, incarner un modèle est important pour moi, et pour l’image de mon équipe.

En tant que diabétique, je pense que j’ai le devoir de redonner à la collectivité : j’ai tellement reçu d’elle depuis mon diagnostic, il y a 12 ans! Je veux lui donner à mon tour et faire ce que je peux pour améliorer la vie des gens.

J’ai donc publié une photo sur donnonsounousvivons.ca pour découvrir ensuite, en juin, que j’avais été sélectionné parmi les gagnants! J’ai tout de suite su à quel organisme je voulais qu’aille le don de TELUS : au camp Kakhamela!

Hier soir, lors d’un match amical entre membres des Giants, j’ai eu la chance de remettre un chèque de 10 000 $ au camp Kakhamela, en plus de signer quelques autographes pour des enfants débordants d’enthousiasme qui fréquentent le camp.

AA_cheque_presentation

 

Je tenais vraiment à ce que ces 10 000 $ aillent au camp où j’ai séjourné enfant. J’ai toujours souhaité contribuer à amasser des fonds pour les causes qui me tiennent à cœur, dont bien sûr la lutte contre le diabète et la recherche sur cette maladie. La cause du camp Kakhamela me tient tout particulièrement à cœur, car c’est là où j’ai eu la chance de faire mon premier séjour loin de chez moi et où j’ai acquis la confiance qu’il me fallait pour m’administrer moi‑même mes doses d’insuline.

J’espère que ces 10 000 $ aideront les enfants d’aujourd’hui à se rendre compte, comme moi jadis, que le diabète n’est pas une chose qui doit les freiner. Une fois qu’on a appris à vivre avec, on peut vraiment faire tout ce qu’on veut. Mon séjour au camp Kakhamela m’a appris à toujours voir le côté positif des choses.

Je remercie TELUS de m’avoir aidé à redonner à la collectivité en contribuant à une cause qui me tient à cœur. La campagne Donnons où vous vivons a permis aux Canadiens non seulement d’illustrer et d’expliquer ce qu’ils font pour redonner, mais également de devenir une vraie source d’inspiration pour leurs concitoyens en leur donnant envie de devenir de meilleurs citoyens et de faire davantage pour leurs collectivités respectives.