0

Nous donnons où nous vivons


« Commencez par changer en vous ce que vous voulez changer autour de vous » – Gandhi

J’ai réalisé à un jeune âge que les bénévoles font avancer le monde. Pendant mon enfance, j’ai observé ma mère apporter son aide à notre communauté de diverses façons – elle a lancé un programme de repas à mon école primaire, elle était présidente de notre association communautaire, elle a joué un rôle crucial dans l’organisation d’une ligue de hockey féminin dans notre ville natale, et elle a formé et géré une équipe dans laquelle ma sœur et moi avons joué pendant de nombreuses années. J’admirais sa motivation à vouloir améliorer nos vies et la collectivité dans laquelle nous vivions. Il n’est pas étonnant que ma sœur et moi ayons été inspirées à apporter notre aide à nos propres collectivités.

Quand j’ai déménagé au centre-ville de Vancouver il y a trois ans, j’ai vu une occasion d’aider ma collectivité et de changer les choses. J’adore ma collectivité, qui est très diversifiée, et plutôt que me plaindre du problème d’itinérance, je voulais faire partie de la solution. Ma grand-mère a toujours admiré le travail exceptionnel de l’Armée du Salut et elle m’a suggéré de rechercher une occasion de bénévolat auprès de cette organisation. J’étais heureuse à l’idée de devenir un agent du changement et c’était l’occasion parfaite de mieux connaître ma collectivité.

Lors d’un samedi typique pour moi à la Belkin House de l’Armée du Salut, je travaille avec une équipe de bénévoles pour préparer de la nourriture et servir des repas à une centaine de clients du centre à l’heure du lunch. Je suis inspirée par les autres bénévoles avec lesquels je travaille – certains sont bénévoles depuis plusieurs années; certains travaillent plusieurs jours par semaine; et certains ont eux-mêmes été clients du centre – chacun ayant ses propres raisons pour offrir leur aide. Mon ami Richard est bénévole à l’Armée du Salut depuis plus de 10 ans. Je sais que je serais toujours accueillie à mon quart hebdomadaire avec un sourire et un câlin. Ce sont les gens comme Richard qui m’ont fait réaliser que le bénévolat n’est pas « se mettre au service de l’humanité », mais permet plutôt d’établir un lien avec l’humanité (et de s’amuser, pendant qu’on y est)!

Près de trois ans plus tard, je continue à faire du bénévolat pour l’Armée du Salut chaque samedi. J’ai compris que le bénévolat demande seulement de donner un peu de moi-même, mais qu’en échange, je reçois bien davantage – un sentiment de fierté, partager mes forces et développer de nouvelles habiletés, favoriser l’empathie, me faire de nouveaux amis et entrer en contact avec les membres de ma communauté – tout cela me pousse à continuer. Les avantages que je tire du bénévolat sont bien plus grands que ce que l’argent ne pourra jamais acheter. Heureusement, pour commencer, vous n’avez qu’à investir votre temps.

Le 25 mai, les membres de l’équipe TELUS de partout au pays redonneront à leurs collectivités. J’espère que mon témoignage a inspiré d’autres personnes à donner où ils vivent. Qui sait, être bénévole pendant une journée pourrait inspirer certains à en faire une partie intégrante de leur vie.

Si vous voulez courir la chance de gagner 10 000 $ pour l’organisme caritatif de votre choix, vous pouvez participer au concours de photos Nous donnons où nous vivons de TELUS. Téléchargez simplement vos photos illustrant la façon dont vous redonnez à votre collectivité sur le site donnonsounousvivons.ca. Dix personnes gagneront chacune 10 000 $ pour l’organisme caritatif de leur choix! Vous pouvez également partager vos témoignages et vous joindre à la conversation #donnonsounousvivons.